Les journalistes de la presse JV sont-ils menacés par les blogueurs et vidéo-casteurs ?

https://i2.wp.com/nsa38.casimages.com/img/2015/04/20/150420074130693630.png

C’est un problème que s’intéresse le milieu journaliste depuis peu, l’arrivée des vidéastes amateurs fleurissant sur le net, blogueurs, YouTubeurs, Twitcheurs et autres sont-ils une menaces pour les vétérans du métier de journalistes, ceux qui détienne le saint Graal qui leur vaut leur notoriété de rédacteur à savoir les détenteurs de la carte de Presse. Pourtant les blogueurs et YouTubeurs seraient plus « proches » de leurs public et plus ouvert avec un meilleur sens critique que la presse. A première vue, c’est cette opinion que l’on a des journalistes et des blogueurs, et pourtant…

Si maintenant les éditeurs sont à fournir les versions de presse de ses jeux à tout le milieu JV, ils sont désormais plus regardant sur les ayant-droits, jusqu’à même privilégier les plus grands (ce qui est normal en soit) : c’est à dire les journalistes les plus populaires et désormais les amateurs devenus « reconnus d’utilité publique » sur le net à qui l’on se donne le droit de leur distribuer consoles, jeux et autres goodies. Ce n’est pas un mal en soit, mais lorsque l’on s’aperçoit que d’autres journalistes plus modestes et voulant à la fois conserver une certaine indépendance éditoriale pour la publication de contenus, se voyant maintenant être obligé de quémander leurs jeux et leurs consoles aux éditeurs à qui certains leurs font défaut à force de vouloir satisfaire les plus au top de leurs listes d’ayants-droit dont certains, peut-être par caprice ou par connivence avec les éditeurs, se réclament prioritaires sur l’obtention de tel ou tel jeu en Day-One, on a tendance à se poser des questions. Certains non-journalistes, devant satisfaire leurs audiences, ont besoin de ces jeux pour continuer à produire du concept tout en gardant leurs propres esprits critiques. Mais quand d’autres se cherchent à être les nouveaux porte-paroles des joueurs parce qu’il sont à peu près du même âge et que l’on leur parle d’une manière humoristique dans le sens du vent d’aujourd’hui, afin de leur faire passer la publicité déguisée du jeu qu’ils sont en train de présenter au public pour que la fois suivante, ils puissent se procurer sans-frais et tout frais payés le jeu suivant du même éditeur ou bien le déplacement pour les voyages et soirées concoctées par l’éditeur en personne, ça sent un peu le poisson pas frais. Et puis de toute façon, cette manigance n’est pas vue aux yeux du public qui lui est assez jeune voir peu informé de ce qu’il se passe dans le milieu. Ainsi n’essayez pas de faire parler du Doritos Gate à un gamin de 13 ans alors que celui-ci regarde tranquillement la chaîne YouTube auquel il est abonné comme près de 2 millions comme lui, d’une personne lambda testant des jeux qu’il aura reçu de la part de l’éditeur. Même pas besoin d’installer Adblock Plus pour échapper à la bande annonce qui précède la vidéo, alors que l’on assiste à une publicité déguisée du jeu.

Ce journaliste posant devant une affiche d’Halo 4, du soda et des Doritos a bien du mal à cacher son indépendance journalistique.

Il s’agit là de ne dénoncer personne mais plutôt de montrer que de manières moins grossières et plus subtiles, il existe en France une connivence entre les éditeurs et ceux travaillant dans le milieu du JV. Si l’on se rabat souvent sur le journaliste, il reste une cible assez facile. Ce genre de débat a trop voulu se focaliser sur cette presse que l’on disait était « achetée » à coup de « ménages » et de goodies contre informations et jeux à tester dans un impératif de temps. Encore une fois il ne s’agit pas là de remettre en question l’intégrité des journalistes de la presse JV en France mais plutôt de changer de cible. Car même si certains journalistes cachent ou assument leurs positions plutôt dépendante des éditeurs (ménages, voyages et soirées) et qui ceux-là même deviendraient plus des communiquant que des journalistes, il faut aussi reconnaître que certains YouTubeurs, blogueurs…, sont dépendant, si ce n’est plus, que les journalistes. Cette dépendance n’a pas la même forme : il s’agit ici du deal suivant : des jeux, du sponsoring contre voyages, soirées et ménages. Le recul critique de ces personnes ont été monétisées, et même s’il on sait qu’il faut l’équivalent d’un million de vues sur YouTube permet tout juste de gagner un SMIC, les YouTubeurs les plus regardés vont devoir se financer non seulement par de la publicité (parfois ciblée par l’éditeur) mais aussi par les prestations que proposent les éditeurs.

Certains YouTubeurs, Twitcheurs ou autres vidéo-casteurs concients de l’atteinte même à leur esprit critique se sont mis au financement participatif avec des sites comme Tipeee, tout comme les sites de jeux-vidéo (comme Gameblog) proposent des abonnements qui permettent de supprimer la publicité, d’avoir encore plus de contenu… Cette technique très pratique permet au site ou à la chaîne et de ses auteurs de vivre décemment  sans avoir à recourir à du sponsoring ciblé ou à des prestations pouvant nuire la qualité éditoriale du contenu. Cependant il faudra toujours passer par la case Editeur pour obtenir les jeux, et cela ne se fait pas sans risques, car lorsqu’un journaliste ou un vidéo-casteur doit renoncer à tester tel ou tel jeu ou à participer aux soirées promotionnelles des jeux que l’on lui propose, il risque le blacklistage, qui s’avère problématique pour générer des revenus et recevoir les jeux. On peut citer l’exemple de Gameblog de la part d’Activision en raison de l’annonce de Call of Duty Black Ops II où la plus part des sites de jeux-vidéo ont relayés cette information provenant d’Amazon. Activision ayant donné l’ordre de retirer cette annonce, la plus part des sites l’ont fait sauf Gameblog qui s’est fait blacklisté par le premier éditeur mondial. Alors que Julien Chièze déclarait que « c’était la merde » dans Arrêts sur images de novembre 2012, Gameblog décide de ne pas changer de position malgré la menace de procès. L’affaire sera réglée en dehors des tribunaux. Il faut donc aussi prendre en compte le problème dans le sens inverse : les éditeurs sont dépendants de la presse JV pour rendre compte d’un avis.

3615 Usul – L’indépendance

Alors ces amateurs qui reçoivent les jeux par l’éditeur bloquent-ils certains journalistes indépendants qui doivent survivre en recevant le peu de jeux qu’on lui donne ? Oui certes mais ces amateurs qui posent problèmes sont ceux entretenant des liens plus que cordiaux avec les éditeurs. Car d’autres amateurs restent et demeures « libres et indépendants » de l’éditeur. Je pense que le journaliste qui avant tout disposant d’une carte de presse doit être prioritaire sur d’autres car il porte avant tout ce label de journaliste qui est indispensable pour établir un discours critique bien construit, qu’un simple YouTubeur n’aurait pas par exemple. Il en est de même pour les salons de jeux-vidéo : de quels droits les YouTubeurs seraient invités en priorité sur certains journalistes disposant d’une carte de presse, dans des salons qui à la base sont réservés à la presse (comme l’E3) ? Pour autant la question mériterait d’être abordée dans d’autres pays comme le Japon, le Royaume-Uni ou le Canada (berceau du Doritos Gate) où la connexité entre les journalistes, amateurs et éditeurs est encore plus importante ce qui soulève de graves questions sur l’indépendance journalistique jusqu’à parler de corruption comme au Royaume-Uni même si d’autres pratiques plus discrètes existent en France. Il était temps d’en parler avant que je me fasse moi aussi blacklisté !

 

Pour poursuivre cette thématique, voici des vidéos et des liens qui abordent le sujet de l’indépendance journalistique dans le domaine du jeu vidéo :

Arrêt sur images : Jeux vidéo : journalistes vendus ? 30/11/2012

3615 Usul – Le Marketing

3615 Usul – La presse JV

Julien Chièze contraint de se défendre sur Arrêt sur images

Vous reprendrez bien un peu de Doritos ? Un Drop dans la Mare

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s